Les marquages au sol sont tracés sur la voie publique pour organiser la circulation des usagers de la route en toute sécurité. Ainsi les différentes parties de la voie sont facilement repérables. La ligne discontinue en fait partie. Elle sépare deux voies à double sens de circulation et ne peut être franchie que pour dépasser ou changer de direction. Il est essentiel de reconnaître les différentes significations de ce marquage au sol pour passer l’examen du Code de la route, conduire en toute sécurité et éviter de se retrouver en infraction.

Au sommaire :

  1. Caractéristiques
  2. La ligne discontinue de dissuasion
  3. La Ligne discontinue jaune
  4. Les lignes médianes mixtes
  5. Autres formes de marquage discontinu

1. Caractéristiques

La ligne discontinue classique blanche est un marquage permanent sur la voie. Contrairement à la ligne continue, elle peut être chevauchée ou franchie, mais uniquement pour dépasser ou changer de direction. Elle se présente sous la forme d’une suite d’éléments rectangulaires dont la longueur change selon le type de voie ou de situation :

  • Hors agglomération, des lignes longues de 3 m de long sont peintes sur la chaussée tous les 10 m.
  • En ville ou sur les pistes cyclables, les lignes mesurent 1,50 m et sont séparées par des espaces de 5 m.
  • La largeur varie entre 6 et 15 cm.

La ligne discontinue vous permet de calculer les distances de sécurité.

2. La ligne discontinue de dissuasion

Une ligne discontinue de dissuasion présente des lignes plus rapprochées. Les bandes blanches ont une longueur de 3 m séparées d’un espace de 1,33 cm. Des flèches de rabattement complètent la ligne de dissuasion sur les routes à double sens de circulation.
Ligne-discontinue-de-dissuasion
Cette signalisation horizontale prévient le conducteur qu’il entre dans une zone dangereuse, car la visibilité n’est pas bonne. La ligne de dissuasion cherche à dissuader l’usager de faire une manœuvre qui peut s’avérer dangereuse. Ainsi, elle peut être franchie, mais uniquement pour doubler un véhicule lent ou de petit gabarit.

Sur l’autoroute c’est une ligne de dissuasion qui vous guide vers la sortie. Elle interdit un rabattement brutal. Attention à ne pas s’exposer à une amende pour dépassement dangereux.

3. La ligne discontinue jaune

Une ligne jaune discontinue peut être une signalisation temporaire, elle fait alors partie de la signalisation de travaux et chantiers. Les règles du Code de la route sont les mêmes que pour le traçage blanc, vous pouvez la franchir ou la chevaucher.
Ligne-discountinue-jaune-stationnement-1
Peinte le long du trottoir, une ligne discontinue jaune signale une permission de s’arrêter, mais une interdiction de stationner. Rappelons que le Code de la route définit l’arrêt comme une immobilisation momentanée du véhicule pour permettre la montée ou la descente de personnes, le chargement ou le déchargement du véhicule.

Si le moteur est éteint (même si le conducteur est présent dans le véhicule), cela est considéré comme un stationnement. Vous risquez une contravention. Le montant de l’amende dépend de la caractérisation de l’infraction sur la contravention : stationnement gênant, abusif ou dangereux.

Une ligne jaune continue en bordure de route interdit également l’arrêt

4. Les lignes mixtes : discontinue et continue

Ligne-mediane-mixte
La ligne médiane est une signalisation horizontale qui peut parfois être mixte. Elle présente deux lignes sur des routes à double sens, une ligne continue et une ligne discontinue. Les dépassements sont autorisés seulement pour les véhicules circulant du côté de la ligne discontinue et dans la zone délimitée par les flèches de rabattement. Il est important de s’assurer de l’autorisation pour ne pas créer une situation dangereuse due à votre positionnement sur la chaussée.

Pour dépasser un véhicule, il faut que la visibilité soit suffisante et la distance assez longue. Le contrôle des rétroviseurs et des angles morts doit s’effectuer avec vigilance. Les clignotants doivent être activés avant de dépasser. La manœuvre doit être terminée avant la dernière flèche directionnelle qui impose au véhicule de se rabattre.

4. Les Autres formes de marquage discontinu

La ligne discontinue est largement utilisée dans la signalisation routière. Il faut savoir la reconnaître et respecter les règles de marquage au sol qui garantissent votre sécurité. La largeur et la longueur des lignes peuvent différer.

→ Si la ligne discontinue a des traits larges et rapprochés, elle peut :

  • Délimiter une voie réservée pour les bus. Il est alors interdit de circuler ou de stationner dessus. Une inscription BUS les identifie.
  • Marquer une voie dédiée à certains usagers comme les véhicules lents circulant à 60 km/h ou moins. Ainsi ils ne gênent pas la circulation
  • Séparer les bandes cyclables du reste de la chaussée.
  • Matérialiser une zone qu’il ne faut pas dépasser lorsque quelqu’un traverse. Ce sont de nouvelles zones tampons qui sont tracées sur le sol aux abords des passages piétons.
  • Imposer aux conducteurs de céder le passage à une intersection. Elle est accompagnée du panneau de cédez-le-passage.

→ Les lignes de rives. Elles délimitent les côtés de la chaussée et n’existent pas sur les routes étroites. Elles mesurent chacune 3 m entre des espaces de 3,50 m.Aux abords d’une intersection, elles mesurent 20 m encadrées de deux espaces de 6 m.

La bande d’arrêt d’urgence est une ligne discontinue de 39 m de longueur séparée d’un espace de 13 m. Il est interdit d’y circuler, car elle est destinée aux véhicules en détresse ou de service (dépannage, entretien, police).

Vous l’avez compris, cette signalisation horizontale impose des règles de circulation aux usagers au même titre que les panneaux ou les balises.