Articles > cours-code > sécurité-passager-véhicule > Les accidents de la route : causes et conséquences

Les accidents de la route : causes et conséquences

L’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) a recensé en septembre 2018 : 342 victimes tuées sur les routes de métropole et d’outre-mer et 6 819 blessées dans 5 585 accidents corporels. Chaque année, les responsables de la sécurité routière mettent en place des campagnes de sensibilisation à ce sujet (interventions dans les écoles, information visuelle et audiovisuelle…) et les politiques publiques prennent des mesures (abaissement de la limitation de vitesse à 80 sur les routes…). Malgré ce travail, la mortalité routière reste trop importante à l’échelle de la France.

1. Définition et chiffres des accidents de la route
2. Les usagers vulnérables touchés par un plus grand nombre d’accidents
3. Causes principales des accidents de la route
4. Dommages matériels et physiques possibles

Définition et chiffres des accidents de la route

Qu’est-ce qu’un accident ?

Un accident de la route est un événement qui implique un ou plusieurs, véhicule(s) motorisé(s), qui a lieu sur une voie publique et qui entraîne des dommages physiques ou matériels. L’Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) distingue trois types d’accidents de la route :

  • les collisions solos : un seul usager et un obstacle
  • les collisions simples : deux à trois usagers de la route avec ou sans obstacle
  • les multi-collisions : plus de quatre usagers

Mortalité selon le type d’usager

graphique-accidents-usagers

Les usagers vulnérables touchés par un grand nombre d’accidents

Malheureusement, une grande partie des accidents de la route touche les usagers les plus vulnérables.

Les cyclistes

Afin d’encourager l’éco-conduite, les agglomérations ont mis en place un système de libre service de vélos. Bien que ces mêmes villes développent une organisation de la chaussée qui s’adapte de plus en plus aux cyclistes, ceci n’est pas toujours le cas et les cyclistes se retrouvent souvent à circuler dans des zones dangereuses. D’autant plus que certains cyclistes ne sont eux pas soumis à l’examen du Code de la route et développent ainsi des comportements à risques. Ces deux facteurs combinés entraînent depuis plusieurs années de nombreux accidents impliquant les cyclistes.

Les personnes âgées

En France, les personnes âgées sont des usagers vulnérables très souvent victimes des accidents de la route. La diminution de leurs aptitudes visuelles et auditives cumulée à un temps de réaction élevé les met en danger et ce, qu’ils soient conducteurs, cyclistes ou piétons. Les politiques publiques envisagent souvent lors de diverses commissions d’imposer des contrôles médicaux pour valider l’aptitude à la conduite, mais la situation n’évolue pas.

Les piétons

Les piétons, démunis de toute carrosserie pour les protéger du choc, sont évidemment des usagers extrêmement vulnérables, surtout lorsqu’il s’agit d’enfant ou de personne à mobilité réduite. Ils font partie des nombreuses victimes d’accident de la route, qu’ils aient lieu en ville ou à la campagne.

Si cela peut être dû à un manque d’attention de leur part, il s’agit le plus souvent d’une perte de contrôle du véhicule par son conducteur. Malgré les recommandations du Code de la route pour protéger ces usagers (limitation de vitesse dans les villes, distance nécessaire au dépassement…), le nombre d'accidents impliquant des piétons ne cesse d'augmenter.

Causes principales des accidents de la route

accident-facteur-humain-cycliste

Si un accident de la route peut être dû à des facteurs météorologiques ou techniques, le facteur principal (9 sur 10) des accidents de voiture reste le facteur humain.

Le facteur humain

Le facteur humain apparaît dans plus de 90 % des accidents de la route :

  • Le téléphone au volant multiplie par 4 le risque de provoquer un accident.
  • Victimes tuées sans ceinture de sécurité : 21 %
  • Motocyclistes tués sans casque : 6 %
  • Non-respect des distances de sécurité : responsable de 16,5 % des blessées et de 6 % des tués.

graphique-cause-accident

Il est important de se rappeler que l’alcool entraîne à la fois des excès de vitesse (sentiment de surpuissance) et de la somnolence ou de la fatigue. La distraction est aussi à prendre en compte, dans une moindre mesure, comme facteur humain des accidents de la route.

Souvent, on assiste à une combinaison de causes : causes humaines qui comprennent différents usagers, causes météorologiques et causes techniques.

Le facteur météo

**Si les causes météorologiques peuvent accentuer le risque d’accidents de la route, elle n’en est presque jamais le seul facteur, en tout cas en France. Les diverses causes météorologiques peuvent êtres : la pluie ou le verglas qui entraînent un glissement de la chaussée, le brouillard ou la neige qui réduisent la visibilité, le vent qui provoque la chute d’éléments sur la route…

Les véhicules sont toutefois équipés pour éviter la plupart de ces accidents, c’est pourquoi, il est extrêmement important de biens utilisés ses feux en cas de brouillard, d’entretenir ses pneus et de les munir de chaînes en cas de neige. De la même manière, le Code de la route et les panneaux de signalisation vous permettent d’anticiper des routes difficiles ou de vous rappeler la vitesse à ne pas dépasser en cas de pluie.

Le facteur technique

Tout comme le facteur météorologique, le facteur technique n’est que très rarement la seule cause d’un accident de la route. Les causes techniques peuvent être relatives à l’état du véhicule ou à celui des infrastructures (mauvais état des routes, des ponts…).

Si les politiques publiques sont responsables de l’entretien des infrastructures l’entretien du véhicule est de la responsabilité de son conducteur. Le contrôle technique obligatoire (qui doit avoir lieu 6 mois après les quatre années de possession du véhicule puis tous les deux ans) permet d’éviter une défaillance technique du véhicule et ainsi de limiter les accidents.

Les Dommages matériels et physiques possibles

accident-voiture

Accidents avec dommages matériels

Dans le « meilleur » des cas, l’accident n’entraîne que des dommages matériels. Dans ce cas-là, il est fortement recommandé d’établir un constat d’accident de la route. En effet, même si votre véhicule ne semble pas trop endommagé, vous pouvez être surpris plus tard par des chocs que vous n’auriez pas vus.

Le constat permettra aux assurances de connaître :

  • les détails et les modalités selon lesquelles l’accident a eu lieu,
  • les dégâts qui ont été occasionnés
  • la responsabilité des différents usagers.

C’est le constat qui vous permettra d’être indemnisé. Il existe un constat européen d’accident, et depuis le 1er décembre 2014, plus besoin d’en avoir un exemplaire dans sa voiture, car un format dématérialisé, le e-constat, a été mis en circulation. Le constat doit être signé par les deux parties sauf en cas de désaccord et il est impossible de modifier un constat signé !

Accidents avec dommages corporels

Malheureusement, les accidents entraînent également des dommages corporels, c’est-à-dire une atteinte à l’intégrité physique de la victime. Selon les garanties fournies par l’assurance et leur responsabilité dans l’accident, les victimes sont indemnisées. Le conducteur responsable de l’accident peut quant à lui encourir des peines très lourdes : amendes, retrait de permis, prison, dommages et intérêts envers les victimes.

Vous savez tout, inscrivez-vous sur le codedelaroute.io pour passer votre code moins cher !

Passez votre code de la route en ligne avant de choisir votre auto-école qui vous formera à la conduite vous permettra d’économiser jusqu’à 350 € (prix moyen facturé par les auto-écoles pour le code en 2016). Une fois le code obtenu vous n’aurez plus que les heures de conduite à payer. Vous pouvez réviser le code et obtenir votre place d’examen sur codedelaroute.io.

S'ENTRAINER AU CODE
Les accidents de la route : causes et conséquences
Partager