Conduire dans le brouillard peut devenir dangereux à cause du manque de visibilité. Conduire dans ces conditions difficiles deviennent encore plus problématiques lorsque l’on circule de nuit. Regardons ensemble les gestes de conduite à adopter et les feux à utiliser pour conduire par temps de brouillard ou de brouillard givrant en toute sécurité.

Au sommaire :

  1. Conduire dans le brouillard
  2. Rouler avec du brouillard givrant

1. Conduire dans le brouillard

Par temps de brouillard, vous devez adapter votre conduite pour faire face au manque de visibilité. Adaptez votre vitesse, respectez les distances de sécurité et utilisez les feux appropriés.

  • Vitesse

Dès que le brouillard apparait, il réduit la visibilité. Adaptez votre allure et réduisez votre vitesse. Si la visibilité descend en dessous de 50 mètres, vous devez rouler à 50 km/h maximum, quel que soit le type de route sur lequel vous circulez. Même sur l’autoroute ou une voie rapide.

Réduire sa vitesse est la règle la plus importante à respecter lorsque les conditions météorologiques sont difficiles. Si vous conduisez sur une route verglacée par exemple, diminuer sa vitesse est fondamental pour limiter les risques d’accident. Au-delà de 30 km/h, une voiture qui glisse est incontrôlable.

  • Utilisation des feux

En cas de brouillard, gardez vos feux de croisement allumés. Ils peuvent être utilisés sans modération, car ils permettent de mieux voir sans éblouir les autres usagers. Si vous consuisez la nuit, n’allumez pas vos feux de route si des véhicules arrivent en sens inverse. Vous risquez de les éblouir.

Si le brouillard s’épaissit, n’hésitez pas à allumer vos feux de brouillard avant et arrière. À force de répéter que les feux de brouillard arrière sont strictement interdits lors de fortes pluies, certains usagers hésitent à les utiliser.

Les antibrouillards arrière doivent obligatoirement être allumés en cas de brume épaisse ou de forte neige réduisant la visibilité à moins de 100 mètres. Les antibrouillards avant ne sont pas obligatoires, mais sont très utiles pour éclairer le bas et les côtés de la route sur une courte distance.

N'oubliez pas de les éteindre dès que la visibilité s’améliore et que les conditions se normalisent.

  • Distance de sécurité

Lorsque la visibilité est faible, il est plus difficile de repérer des obstacles. Le temps de réaction est donc plus long. Gardez vos distances de sécurité pour limiter les risques de collision. Si la visibilité se réduit, augmentez les distances. Suivez la règle des 3 V ou des 3 50 :

  • Si la Visibilité est de moins de 50 mètres,
  • La Vitesse est limitée à 50 km/h,
  • La distance de sécurité avec le Véhicule précédent est de 50 mètres.

2. Rouler avec du brouillard givrant

Le brouillard givrant intervient lorsque la température de l’air et du sol est inférieure à 0 ° — le point de congélation. Les micro-gouttelettes de brouillard gèlent au contact du sol gelé et forment une couche de givre. Cette couche est granuleuse et opaque.

Que faire lorsque la route est couverte de brouillard givrant ? Contrairement au verglas, le givre n’est pas glissant. La conduite par temps de brouillard givrant n’est donc pas dangereuse comme la conduite sur une route verglacée. Le verglas se forme à partir de gouttes de pluie bien plus grosses que celles venant du brouillard. Il faut tout de même rester vigilant, car si une pluie arrive, le givre peut laisser la place à du verglas.

Si votre visibilité est très faible, utilisez les lignes de marquage au sol comme point de repère pour garder votre trajectoire sur la voie de circulation.