Articles > cours-code > mécanique > Feux de jour : définition, fonctionnement et réglementation

Feux de jour : définition, fonctionnement et réglementation

Les Feux Diurnes : à quoi servent-ils ? Sont-ils obligatoires ? Quelles différences avec les feux de position ? Comment les allumer ? Découvrons ce que dit le Code de la route et la législation européenne.

Au sommaire :

  1. Définition des Feux diurnes
    1.1 Quand utiliser les feux diurnes ?
    1.2 Différence avec les feux de position

  2. Les feux diurnes sont-ils obligatoires ?
    2.1 Réglementation des feux diurnes
    2.2 Feux obligatoires et facultatifs dans le Code de la route

  3. Fonctionnement et utilisation des feux diurnes
    3.1 Comment allumer les feux diurnes ?
    3.2 Comment les utiliser en toute sécurité ?

1. Définition des Feux diurnes

1.1. Quand utiliser les feux diurnes ?

Les feux diurnes, aussi appelés feux de jour, sont des feux de circulation utilisés la journée pour être vus par les autres usagers. Ils permettent également au conducteur d'anticiper les changements de luminosité soudains : tunnel, passage en forêt, etc. Ils sont situés à l’avant du véhicule. Il n’existe pas de feu diurne arrière.

Ils sont notamment utiles pour rendre visibles les véhicules électriques qui sont trop silencieux pour que les autres usagers puissent les entendre arriver. Les fabricants proposent de plus en plus des lumières LED et ce, pour des raisons environnementales. En effet, leur utilisation en continu entraîne une hausse de la consommation de carburant.

Les feux diurnes n’ont généralement pas de voyant ou de symbole dédié sur le tableau de bord, car leur allumage est automatique à la mise de contact du moteur. Si certains constructeurs décident d’en installer un, il n’existe pas de modèle unique de voyant.

1.2. Différence avec les feux de position

Les feux de position, aussi appelés « veilleuses », sont censés être utilisés lorsque la luminosité diminue en agglomération. Ils n’éclairent pas la route, mais ont l’objectif de rendre les voitures plus visibles par les autres usagers de la route.

Les feux diurnes sont également conçus pour que le véhicule soit plus visible le jour. L’utilisation des feux de jour pourrait facilement remplacer les feux de position. En effet, les feux de position sont aujourd’hui peu utilisés, la plupart des automobilistes utilisent directement les feux de croisement lorsque les conditions de luminosité sont mauvaises (forte pluie, neige, crépuscule, etc.).

Le seul avantage des feux de position qu’aucun autre feu présent sur un véhicule ne peut remplacer, est, comme leur nom l’indique, de rendre visible la position d’un véhicule stationné la nuit près de la chaussée, notamment dans les villages et sur les routes étroites dépourvues d’éclairage, car ce sont les seuls feux que l’on peut garder allumés sans contact.

Pour finir, les feux de position, contrairement aux feux diurnes, ont 2 feux rouges à l’arrière du véhicule, en plus des 2 feux blancs avant. Comme nous le verrons un peu plus loin, ce fait peut devenir problématique si les feux diurnes sont utilisés à mauvais escient.

2. Les feux diurnes sont-ils obligatoires ?

2.1 Réglementation des feux diurnes

Les feux diurnes ont été rendus obligatoires par la Commission européenne en 2011. Tous les véhicules légers commercialisés à partir du 1er janvier 2011 doivent être dotés de feux diurnes. À partir de 2012, les camions, le poids lourd et les autobus sont soumis à la même obligation. Les cyclistes utilisent de plus en plus ce dispositif pour être vus, même s’ils ne font l’objet d’aucune obligation.

Les feux diurnes doivent diffuser une lumière blanche non éblouissante vers l’avant du véhicule. Ils doivent être écartés de 60 cm minimum, être fixés entre 25 cm et 150 cm en hauteur et avoir une puissance comprise entre 400 et 1 200 candelas.

2.3 Feux obligatoires et facultatifs dans le Code de la route

Rappelons qu’une voiture doit obligatoirement équipée de certains feux. Faisons le point rapidement.

  • Feux avant obligatoires :

– 2 feux de position
– 2 feux de croisement
– 2 ou 4 feux de route
– 2 clignotants (indicateurs de changement de direction)
– 2 feux diurnes pour les véhicules récents

  • Feux arrière obligatoires :

– 2 feux de position rouges
– 2 feux STOP pour signaler que le conducteur freine
– 2 clignotants (indicateurs de changement de direction)
– l’éclairage de la plaque d’immatriculation
– 1 ou 2 feux de brouillard si le véhicule a été construit après 1990
– 2 dispositifs réfléchissants (catadioptres)

  • Feux facultatifs avant et arrière :

– Les 2 feux d’angle
– Les feux de stationnement
– L’éclairage adaptatif qui fait pivoter les feux avant selon l’angle et le relief de la route
– Les feux de recul pour signaler une marche arrière. Ils sont présents, mais pas obligatoires.
– Les feux de courtoisie

Les feux de détresse, qui consiste à l’activation des clignotants avant et arrière en même temps est un dispositif obligatoire.

Les 4 feux d’encombrement (2 avant et 2 arrière) sont obligatoires pour les véhicules qui dépassent 2,10 de large (camionnette, campings, etc.).

3. Fonctionnement et utilisation des feux diurnes

3.1 Comment allumer les feux diurnes ?

La réglementation européenne exige que les feux diurnes soient à allumage automatique, c’est-à-dire qu’ils doivent s’allumer automatiquement au démarrage du moteur, pour s’assurer d’exclure tout oubli de la part du conducteur. Ils s’éteignent soit manuellement soit automatiquement.

Lorsque le conducteur commence à utiliser ses feux de croisement ou de route, il lui est recommandé d’éteindre les feux diurnes. Certains systèmes d’éclairage permettent de réduire automatiquement leur intensité lors de l’allumage des feux nocturnes.

3.2 Comment les utiliser en toute sécurité ?

Les feux diurnes doivent être uniquement utilisés en journée. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer l’utilisation des feux de croisement pour éclairer la chaussée la nuit.

Il devient de plus en plus courant de voir des voitures rouler la nuit en agglomération uniquement avec des feux diurnes. Soyez vigilant à ne pas oublier d’allumer vos feux de croisement la nuit. Certaines voitures sont équipées de feux de jour suffisamment lumineux pour faire penser au conducteur qu’il a allumé ses feux nocturnes.

Cela peut s’avérer très dangereux, car contrairement aux feux de croisement, les feux diurnes n’ont pas de relais sur l’arrière de la voiture. Le véhicule est donc tous phares éteints à l’arrière en pleine nuit.

Certaines LED sont très éblouissantes lorsqu’elles sont à leur puissance maximale. Si c’est le cas de votre véhicule, vous pouvez allumer vos feux de position, si votre système d’éclairage permet de réduire automatiquement l’intensité de vos feux de jour à l’allumage des feux de position. Vous éviterez ainsi d’éblouir les autres usagers.

Pour tester vos connaissaissances et réussir le Code de la route entraînez-vous à l’aide de nos séries de tests !

S'ENTRAINER AU CODE
Feux de jour : définition, fonctionnement et réglementation
Partager