Le voyant moteur s’allume sur votre tableau de bord et l’ultime question se pose : puis-je continuer à rouler ? La nature du témoin d’alerte — orange, rouge, clignotant, permanent — peut vous donner des indications sur l’urgence et la gravité de la défaillance. Faisons le point sur ces indications et les causes possibles selon leur degré de gravité.

Au sommaire

  1. Peut-on rouler avec le voyant moteur allumé ?
  2. Les défaillances possibles à l’origine de l’alerte moteur
  3. Comment réaliser un diagnostic ?

1. Peut-on rouler avec le voyant moteur allumé ?

Les témoins d’alerte rouge de l’ordinateur de bord avertissent d’un dysfonctionnement mécanique grave qui peut entraîner la panne, voire la destruction du moteur. Il est recommandé de vous arrêter immédiatement et de faire remorquer votre véhicule pour éviter de l'endommager irréversiblement.

Mais il n’est pas toujours possible, pour des questions de budget entre autres, de faire appel à une dépanneuse. Il peut donc être très utile de savoir reconnaître les dysfonctionnements qui pourront supporter les quelques kilomètres qui vous séparent de chez vous ou de votre garagiste de ceux qui exigent un arrêt immédiat.

Dans quel cas est-il absolument nécessaire de ne plus rouler ?

Voyant-orange-moteur-copie-1

Lorsque le voyant d’alerte moteur est rouge ou qu’il est orange clignotant, et/ou qu’il est accompagné d’un éclair ou d’un point d’exclamation, vous faites face à un réel danger pour votre sécurité et votre véhicule. C’est le cas lors d’une surchauffe du pot catalytique qui peut entraîner un incendie. Arrêtez-vous immédiatement sur le bas-côté.

Dans quel cas pouvez-vous rouler encore quelques kilomètres pour l’amener à un garagiste ?

Si le voyant moteur est orange est qu’il s’allume en continu, il s’agit probablement d’une erreur permanente, comme la défaillance du système anti-pollution. Sur certains véhicules, l’inscription « défaillance anti-pollution » accompagne le témoin d’alerte. Dans ce cas, si aucune fumée noire ou aucun bruit suspect n’apparait et que vous n’êtes pas loin de votre domicile ou d’un garage, vous pouvez continuer à rouler.

2. Signification du voyant moteur allumé

Le déclenchement du voyant d’alerte moteur peut provenir d’une multitude d’avaries du bloc moteur, d’origine mécanique ou électronique.

Les défaillances électroniques

Elles viennent généralement des capteurs ou sondes lambda qui permettent au système d’identifier les défaillances mécaniques du moteur. La chute de la tension de la batterie, un mauvais contact des connecteurs, un encrassement des sondes peuvent en être à l’origine. S’ils ne fonctionnent plus ou envoient des informations erronées au calculateur moteur, ce dernier allume l’alerte moteur, car il n’a plus les informations pour garantir le fonctionnement optimal du bloc moteur.

Les défaillances mécaniques

Les pannes mécaniques sont potentiellement dangereuses, elles peuvent provenir du système d’injection (pompe, injecteur, etc.), du système d’allumage, du turbo, du débitmètre d’air, etc.

La défaillance du système d’antipollution

Tout véhicule, essence ou diesel, est équipé d’un système anti-pollution pour limiter les émissions de gaz polluants. Ce système est composé de plusieurs éléments pouvant être à l’origine de l’avarie : filtres à particules, vanne EGR, catalyseur, etc.

Dans certains cas, la voiture se mettra en mode dégradé pour protéger le moteur d'une casse éventuelle. Vous vous en rendrez compte à votre incapacité à prendre de la vitesse malgré vos accélérations ou à vos calages successifs.

3. Comment réaliser un diagnostic ?

Une fois votre voiture en sécurité, réalisez un diagnostic pour connaître la gravité du problème. Vous pouvez le réaliser seul si vous avez un appareil de diagnostic compatible avec votre véhicule. Vous pouvez vous en procurer un sur internet, ou demander à votre garagiste de s’en charger. Cela vous coûtera entre 50 € et 100 €.

L’appareil de diagnostic se branche sur votre ordinateur de bord pour lire le code défaut détecté. Vous pourrez ainsi identifier l’organe défaillant et estimer les réparations à effectuer. En espérant que la panne provient simplement de la défaillance d’un capteur, d’un filtre anti-particules bouché ou de l’encrassement du moteur.

Pour éviter l’encrassement, prenez soin de votre voiture. Faites contrôler la mécanique tous les 15 000 km. Réalisez les vidanges, le changement des filtres et ajoutez un additif carburant. Lorsque le moteur est déjà bien encrassé, pensez au décalaminage. Ce procédé consiste à injecter de l’hydrogène pour un nettoyage interne du moteur !

Même si le problème vient simplement d’un capteur défaillant et qu’il vous est possible de continuer à rouler ainsi, vous ne pourrez pas passer le contrôle technique. Seule la remise en conformité vous permettra d’éteindre le voyant d’alerte moteur de manière permanente et de passer la contre-visite avec succès.