Articles > cours-code > sécurité-passager-véhicule > La sécurité du passager et du véhicule

La sécurité du passager et du véhicule

Découvrez le thème 9 du Code de la route, il traite de l’installation en toute sécurité des passagers et des nouvelles aides technologiques présentes sur les véhicules. Les éléments qui atténuent la gravité d’un accident, comme le port de la ceinture ou les airbags, sont réunis sous le nom de sécurité passive et les technologies telles que l’ABS ou l’AFU relèvent de la sécurité active.

1. Comment assurer la sécurité des passagers adultes ?
2. Comment installer un enfant en toute sécurité dans une voiture ?
3. Quels sont les équipements de sécurité d’un véhicule ?

Comment assurer la sécurité des passagers adultes ?

Le véhicule comporte différents dispositifs de sécurité. Lorsque vous transportez des personnes, vous devenez garant de leur sûreté. Si vous ne respectez pas les règles du Code de la route, vous les mettez en danger. De plus, vous encourez une amende de quatrième classe.

Ceinture de sécurité : son fonctionnement

Bien évidemment, nous allons d’abord évoquer la ceinture de sécurité. Du temps a été nécessaire pour que les automobilistes prennent conscience de son utilité vitale. Néanmoins, force est de constater qu’aujourd’hui, c’est devenu un réflexe généralisé. Selon la Sécurité routière, les usagers respectent le port de la ceinture à l’avant à 98 %, c’est dire !

Ce dispositif restreint les secousses violentes et incontrôlées des passagers lors d’un freinage d’urgence ou pire, durant un choc. La personne est moins gravement blessée, car elle n’est pas projetée contre le pare-brise, ou même, éjectée du véhicule. La ceinture de sécurité peut sauver une vie.

La réglementation est la suivante :

un passager pour une place assise, équipée d’une ceinture de sécurité,
tous les individus présents dans l’habitacle s’attachent,
➪ seul un certificat médical peut vous autoriser à ne pas boucler la ceinture.

À noter :

➪ Les prétensionneurs maintiennent fermement le corps. Lorsqu’ils se mettent en marche, une détonation et une petite fumée s’en échappent.
➪ Les limiteurs atténuent cette pression exercée sur le thorax.

Les Airbags : comment se déclenchent-ils ?

Cet équipement de sécurité se niche dans le tableau de bord. C’est un coussin gonflable, composé d’une membrane flexible dans laquelle s’injecte immédiatement un gaz qui le remplit, ceci par réaction chimique explosive. Lors d’un choc, ce ballon sort subitement de l’habitacle en se gonflant instantanément.

Il protège le conducteur ou un passager en amortissant la brutalité de l’accident. La majorité des voitures en possèdent deux à l’avant. Les plus récentes sont pourvues d’airbags latéraux.

Attention toutefois à ces deux points :

Si l’individu s’assied mal dans son siège et qu’il a, par exemple, les pieds sur le tableau de bord, il peut être gravement blessé par l’airbag. La vitesse de gonflage peut atteindre 500 km/h.

➪ Vous pouvez déconnecter un airbag latéral ou côté passager lorsqu’un enfant est installé, dos à la route, dans son cosy.

Les appui-têtes et la cellule de survie

Ces accessoires ne sont pas là pour le confort, mais plutôt pour votre sécurité. Lors d’un freinage d’urgence, vous êtes projeté en avant et vous revenez tout aussi brutalement en arrière. Sans l’appui-tête, vous pouvez être victime de ce que l’on nomme communément, le « coup du lapin ». Votre nuque peut se rompre.

De même, l’habitacle de votre voiture forme « la cellule de survie », car lorsqu’un autre véhicule la percute, la carrosserie va se déformer en partie tout en préservant cette cellule renforcée.

Enfin, la sécurité passive comporte encore de multiples dispositifs technologiques : les vitres en verre trempé, les sièges qui se redressent en cas de choc, ou des coupe-circuits qui évitent un éventuel départ d’incendie.

Comment transporter un enfant en toute sécurité en voiture ?

Un nourrisson, un enfant de 3 ans ou un autre de 9 ans ne requièrent pas les mêmes équipements. De la nacelle, aux sièges-auto déclinés en plusieurs groupes selon le poids de l’enfant, jusqu’au rehausseur, quelle est donc la réglementation ? Nous vous disons tout.

À chaque âge son siège-auto

Faisons le point : pour protéger la morphologie d’un enfant, prenez en compte son âge, sa taille et son poids. Suivez ces indications pour choisir un siège-auto homologué aux normes européennes et pouvant s’attacher sur un siège pourvu d’une ceinture de sécurité :

Le lit nacelle : est adapté aux nourrissons de leur naissance à 1 an et sans dépasser les 13 kg et les 85 centimètres. Pour une fiabilité maximale, les systèmes Isofix sont privilégiés.

Les sièges-autos : pour les bébés de 9 mois qui pèsent 9 kg aux enfants de 4 ans, jusqu’à 18 kg et mesurant entre 80 et 135 cm. Les conducteurs seront vigilants à l’assise des sièges qui se règle en hauteur et en largeur afin que l’enfant s’installe correctement.

Les rehausseurs : obligatoires à l’arrière du véhicule pour les enfants qui pèsent de 15 à 36 kg et mesurant jusqu’à 135 cm. Le chauffeur reste attentif sur la ceinture qui ne doit pas passer au niveau du cou.

La sécurité enfant avec le verrouillage des portes

Ce dispositif de sécurité verrouille les portes arrière de l’intérieur. Un enfant peut ouvrir une portière pendant que la voiture circule sur la chaussée. Pour éviter un grave danger de chute, elles sont bloquées.

Les nouvelles aides à la conduite

Le conducteur a maintenant à sa disposition des systèmes d’aide à la conduite pour assurer sa sécurité et son confort. Voici les différentes fonctionnalités que le candidat doit apprendre.

Les aides au freinage d’urgence

Les équipements de sécurité de freinage aident le conducteur à freiner plus efficacement face à un danger imminent. On y retrouve :
l’ABS : Système de Frein Antiblocage
l’AFU : Assistance au Freinage d’Urgence
l’ESP : Electronic Stability Program

Cependant, même si leurs informations sont précieuses, le conducteur doit rester vigilant, car il est responsable de son véhicule. Ces aides ne remplacent pas les interventions humaines.

Les aides à la conduite

Nommée l’ADAS (Advanced Driver Assistance), cette aide regroupe plusieurs équipements de sécurité active. En voici quelques-uns pour exemple :
l’ADS : régulation de vitesse
le DST : détection du manque d’adhérence à la chaussée
l’AFL : détecteur de franchissement d’une ligne

Approfondissez vos connaissances sur ce thème à l’aide de notre cours détaillé sur les aides à la conduite, vous y trouverez les différents systèmes de sécurité expliqués en détail, ainsi que les technologies améliorant le confort (GPS, climatisation, caméra de recul) et l’automatisation de la conduite (arrêt et redémarrage du moteur avec le Stop & Star, stationnement).

Maintenant que vous avez pris connaissance des règles concernant l’installation des passagers et le rôle que jouent les nouvelles aides technologiques, voici un dernier conseil. Dans un véhicule, chaque individu doit être conscient de son attitude : les enfants restent calmes et assis correctement dans la mesure du possible et les adultes essaient de ne pas obstruer la visibilité à l’arrière.

S'ENTRAINER AU CODE
La sécurité du passager et du véhicule
Partager