Articles > Conduite > En état de conduire

En état de conduire

“Tu n’es pas en état de conduire.” C’est phrase que l’on entend régulièrement adressée à quelqu’un qui aurait trop bu peut concerner bien d’autres états du conducteur. En effet, être en état de conduire prend en compte d’autres paramètres que celui de la consommation d’alcool. Il y a d’abord l’état général du conducteur, son comportement au volant et enfin son état au moment particulier où il décide de prendre le volant qui sont à prendre en compte pour assurer sa propre sécurité, celle de ses passagers et des autres usagers de la route.

Etat général du conducteur

Le formulaire Cerfa 02

Lors de votre inscription à l’examen du permis de conduire, il vous est demandé de remplir le formulaire Cerfa 02 qui est une déclaration d’aptitude à la conduite. Ainsi, si vous êtes conscient d’un point de votre santé, potentiellement invalidant pour votre conduite, vous devez en faire part aux autorités et réaliser un contrôle médical. Tout est à prendre en compte, de la maladie cardio-vasculaire aux problème d'épilepsie même si la maladie ne s’et pas manifestée depuis longtemps. Si la maladie survient alors que vous êtes déjà titulaire du permis, il faut de la même manière se manifester auprès des autorités. Dans le cas ou une incapacité à conduire est confirmée par le médecin, la préfecture décidera du retrait ou du maintien de votre permis.

L'Ouïe et la Vue

Anticiper vos actions et celles des autres usagers de la route dépend de votre attention auditive et visuelle. C’est la raison pour laquelle le conducteur doit disposer d’une capacité visuelle de 5/10 pour l’ensemble des yeux (ainsi l’un peut être plus faible que l’autre). Avec un résultat inférieur à celui-ci, vous serez interdit de conduire. Si la capacité du conducteur à entendre n’est pas mesurée, il est pour autant indispensable d’avoir un vigilance auditive active et efficace. C’est la raison pour laquelle il est déconseillé d’écouter de la musique ou la radio trop fort. Le port de prothèse auditives ou d’accessoires visuels devront être notifiés dans les mentions additionnelles de votre permis de conduire.

Comportement et vigilance

La somnolence

Lors de votre apprentissage du code la route vous apprendrez qu’il est plus que recommandé lors d’un long trajet, que le conducteur fasse une pause toutes les deux heures. En effet, la somnolence est une des causes directe d’accident de la route. C’est pourquoi avant chaque trajet il faut bien se reposer afin de ne pas risquer de s’endormir au volant. Vous verrez également que certains horaires comme les heures suivant le repas sont particulièrement propices à entraîner de la somnolence.

L’état psychologique

De la même manière que la fatigue, la colère, l’énervement, la tristesse sont des états qui peuvent avoir un effet sur votre vigilance au volant. Si vous êtes en état de choc il est évidemment plus que déconseillé de ne pas prendre le volant. Enfin n’oubliez jmais que vous êtes le seul maître à bord du véhicule et que vous ne devez pas céder aux injonctions des passagers qui vous inciteraient à aller plus vite.

Consommation

Alcool

On ne le répète pas assez, la consommation d’alcool doit être plus que modérée avant de prendre le volant (voir notre article sur l’alcool au volant). L’alcool en plus de perturber votre vigilance, amoindri vos réflexes et met dans un état d’euphorie qui vous rend moins apte à vous rendre compte des dangers potentiels. Si une légère consommation d’alcool est tolérée pour les titulaires du permis depuis plus de trois ans, elle est presque nulle pour ce qui concerne les permis probatoires. La tolérance légale pour un jeune conducteur est de 0,2g/L de sang, ils doivent donc à tout prix éviter d’en boire avant de prendre le volant.

Drogue

La consommation de drogue est illégale en France, elle est donc par principe interdite avant de prendre le volant. La drogue a elle aussi des effets euphorisants ou apaisants intenses qui altèrent considérablement votre vigilance et vos réflexes. Elle a également pour effet de baisser votre acuité visuelle et auditives, de diminuer votre capacité de jugement des situation et constitue en cela un véritable risque pour le conducteur, ses passagers et les autres usagers de la route. La consommation de drogue au volant est punie encore plus sévèrement par la loi.

Médicaments

Sans que cela puisse paraître, même les médicaments en vente libre dans les pharmacie peuvent avoir des effets secondaires (somnolence, nausée, perte de vigilance) sur le conducteur. C’est pourquoi il est recommandé à chacun de se renseigner auprès de son médecin traitant ou du pharmacien sur le médicament qu’il prend, avant de prendre le volant. De plus, sur chaque paquet de médicament est inscrite une icône triangulaire indiquant le niveau de danger de la prise du médicament avant de prendre la route. Elle est jaune lorsque le médicament ne présente pas de risque particulier, orange quand il en présente un et rouge quand il est formellement déconseillé de conduire suite à la prise du médicament.

S'ENTRAINER AU CODE
En état de conduire
Partager