Articles > Permis > Conduite > Passer son permis de conduire en situation de handicap

Passer son permis de conduire en situation de handicap

L’examen du permis de conduire est l'examen le plus passé en France, il est donc évident qu’il soit aménagé pour les personnes présentant un handicap.
Les deux conditions pour s’inscrire à l’examen de conduite la première fois sont :

  • avoir l'âge de le passer, 18 ans,
  • et être déclaré apte à la conduite.
    C’est la raison pour laquelle lorsque vous remplissez votre dossier vous devez renseigner toute maladie, ou handicap qui, suite à une visite médicale, est déclaré comme compatible ou non avec la conduite. Si vous présentez un taux d’invalidité supérieur à 50%, cette visite médicale auprès d’un médecin agréé est gratuite.

Handicap physique

Les divers aménagements techniques qui ont été développés ces dernières années tels que :

  • la boite automatique (voir notre article sur la boite automatique)
  • le cercle ou levier de frein et/ou d’accélérateur
  • le joystick
  • les télécommandes multifonctions
  • le siège pivotant
  • l'assitance à la conduite (maintien dans la voie, détection d’obstacles, caméra de recul….)
  • accès au poste de conduite en fauteuil
    permettent de conduire avec quasiment tout type de handicap physique.

Pour autant, l’agrément se donne au cas par cas, et le candidat doit apprendre à conduire avec la même rigueur et exigence.

Lors de l’épreuve de conduite, vous pouvez vous faire assister par un expert ou un accompagnateur, celui-ci vous proposera de commencer par les questions et les vérifications si cla est nécessaire. Un temps supplémentaire peut aussi vous être accordé en tenant compte des éventuelles difficultés de communication ou de mobilité.

Si vous passez l’épreuve sur un véhicule à double commandes adapté aux personnes handicapées, il faudra que le véhicule ait été mis en circulation depuis moins de 10 ans, et qu’il soit équipé :

  • d’une double commande de freinage
  • de rétroviseurs supplémentaires (intérieurs et extérieurs)
  • d’une double commande de direction (volant)

Handicap visuel

Si vous avez besoin d’une correction visuelle, ce port de corrections est indiqué sera indiqué sur votre permis de conduire. Si vous avez une raison de douter de votre acuité visuelle ou que votre moniteur le remarque, vous devez passer une visite médicale chez un médecin agréé qui vérifiera :

  • votre acuité visuelle
  • votre champ visuel
  • votre vision crépusculaire votre sensibilité à l’éblouissement et aux contrastes

De plus vous devez avoir une acuité binoculaire d’un minimum de 5/10. Si l’un de vos yeux à une acuité inférieure ou égale à 1/10 et l’autre à une acuité supérieure ou égale à 5/10, votre acuité binoculaire est compatible mais vous devrez vous équipé de rétroviseurs bilatéraux adaptés.

Handicap auditif

Les sourds et malentendants ne présentent pas d'incompatibilité avec le fait de passer le permis de conduire.
Lors de l’examen théorique, le temps imparti est de 1h30 et le candidat dispose du dispositif de communication adapté à son choix et qui lui permet la meilleure compréhension des épreuves.

Lors de l’examen pratique vous pouvez bénéficier d’un dispositif de communication adapté en faisant appel à un interprète en langue des signes ou à un codeur en langage parlé complété. L’un ou l’autre de ces dispositifs vous permettra de traduire :

  • la présentation du déroulement des épreuves
  • lors de l’épreuve pratique : les questions et réponses de vérifications (intérieures, extérieurs, premiers secours)
  • les remarques de l’inspecteur suite à une faute grave
  • le bilan de fin d’évaluation.

Handicap mental, psychique ou cognitif

Votre capacité à conduire doit être approuvée par un avis médical d’un médecin agréé qui déterminera si, et dans quelles conditions vous êtes aptes à conduire.

Attention ! pour les aménagements lors des épreuves du permis de conduire, vous et votre organisme de formation devez déposer une demande, avant les épreuves, auprès de la préfecture de votre département.

La visite médicale

Avant tout, vous devez préciser que vous passez l’examen du “permis B avec aménagement”, pour cela il est obligatoire de passer une visite médicale au préalable.
Le médecin chez qui vous n'effectuez doit être agréé par la Commission médicale de la préfecture de votre département. C’est cette commission qui prononce, suite à la visite, votre aptitude et qui déterminera également les aménagements nécessaires au véhicule ainsi qu’à l’examen de la conduite. Si vous êtes déclaré apte, vous vous verrez remettre un certificat que vous devrez présenter lors des épreuves théoriques et pratiques du permis de conduire.

Formation au permis de conduire avec un handicap

Toutes les auto-écoles ne dispensent pas de cours de conduite avec aménagements particuliers. Si vous êtes soigné dans un centre de rééducation fonctionnelle il se peut que celui-ci propose une formation. Un peu partout en France , on peut trouver des écoles spécialisées ou des auto-écoles “classiques” qui disposent de véhicules adaptés. La liste de ces établissements se consulte sur la liste éditée par le CEREMH (Centre de ressources et d’innovation mobilité handicap).

Si votre handicap est très spécifique c’est également du CEREMH que vous devez vous rapprocher.

Durée de validité du permis.

Selon la stabilité de votre handicap, le permis qui vous sera remis sera à titre temporaire ou permanent. Si le handicap n’est pas stabilisé vous devrez vous représenter à la Commission médicale de votre département à l’expiration de votre permis. C’est à dire entre tous les 6 mois et 5 ans selon le handicap. Dans le cas où votre certificat établit que le handicap est stabilisé, il vous sera délivré un permis à titre permanent.

Voir notre article sur les aides financières.

Pour la moto.

Les règles s’appliquent de la même manière pour le permis moto. Des aménagements sont disponibles en cas de handicap au niveau des membres inférieurs, mais ils sont moindre pour ce qui concerne les bras et les mains. Ainsi, si vous êtes atteint d’un lésion gênant les bras et/ou les mains dans la triple fonction du maintien du guidon, de l'accélération et frein (rotation des poignets) et de manoeuvre des manettes, il y a en générale incompatibilité avec la conduite de la moto. Afin de mieux vous renseigner vous pouvez vous rapprocher de l’association Handicaps Motards Solidarité (lien du site )

S'ENTRAINER AU CODE
Passer son permis de conduire en situation de handicap
Partager