Le croisement c’est lorsque votre véhicule croise un autre véhicule qui partage la même route mais dans le sens opposé. La signalisation indique souvent aux usagers la direction à prendre pour aborder ces intersections. Dans le cas d’un croisement à l’indonésienne, même s’il existe généralement un marquage au sol pour indiquer la marche à suivre, le croisement peut être délicat. Certaines règles sont à appliquer afin de savoir aborder un carrefour à l’indonésienne ou tout autre croisement difficile, sans vous mettre en danger ni les autres usagers.

1. Le croisement dans un carrefour
2. Le croisement à l’indonésienne
3. Comment reconnaître un carrefour à l’indonésienne ?
4. Qui a la priorité dans un carrefour à l’indonésienne ?
5. Les autres croisements difficiles

Le croisement dans un carrefour

Les intersections ont été mises en place pour faciliter les changements de direction des usagers. Il existe différents types d’intersections : il peut s’agir d’un carrefour à sens giratoire, d’un rond-point, d’une intersection en X, Y, T ou en forme d’étoile…

Les règles de priorité pour aborder une intersection vous sont généralement données grâce au marquage au sol, aux feux tricolores, aux panneaux de signalisation, etc.

Deux règles sont à retenir en l'absence de signalisation :

  • La priorité à droite s’applique.
  • Une voiture qui doit couper la route pour tourner n’est pas prioritaire.

Certains croisements sont plus difficiles que d'autres. C'est le cas notamment du croisement à l’indonésienne qui s’effectue à gauche à l’avant de l’autre véhicule.

Le croisement à l’indonnésienne

On parle de carrefour ou d’intersection à l’indonésienne lorsque 2 véhicules se font face et se croisent par l’avant pour changer de direction :
Croisement-indone-sienne
Alors que généralement, lors d’un croisement, les 2 véhicules se contournent pour changer de direction :
Croisement-contournement
L’origine de cette appellation vient du fait que la majorité des croisements en Indonésie se font ainsi. Il existe un certain nombre de croisements de ce type en France, notamment à Paris. Ces carrefours permettent de fluidifier la circulation et de faire gagner du temps aux usagers.

On utilise les termes « carrefour à l’indonésienne » pour parler du type d’intersection et de « croisement à l’indonésienne » pour indiquer le fait de se croiser par l’avant.

Comment reconnaître un carrefour à l’indonésienne ?

Contrairement à la plupart des autres intersections, le carrefour à l’indonésienne n’est pas indiqué par une signalisation verticale : feux rouges, panneaux "Cédez le passage" ou "Stop", etc. Un carrefour à l’indonésienne est identifiable presque uniquement grâce à l’aménagement de la chausséeau et du marquage au sol :

  • Une voie de stockage et de décélération délimitée par un traçage à la peinture blanche au sol.
  • Des flèches blanches peintes à l’intérieur de la voie de stockage pour indiquer la position et la direction que doit prendre le véhicule pour tourner. La dernière flèche au sol indique le lieu précis où vous devez tourner.

L’usager doit se positionner dans la voie de stockage dès son début et attendre d'être entièrement placé dans cette voie pour commencer à ralentir.

Qui a la priorité lors d’un croisement à l’indonésienne ?

Il n’existe pas de priorité entre les deux véhicules qui se croisent dans un carrefour à l’indonésienne, car en principe les deux véhicules ne se croisent pas directement.

Le risque est la collision frontale si l’une des voitures continue pour contourner l’autre véhicule alors que celui-ci coupe la route, car il a respecté le croisement par l’avant qu’impose le carrefour à l’indonésienne. Il est donc important d’observer le marquage au sol pour identifier que l’on se situe bien sur ce type de carrefour et agir en conséquence. Les deux conducteurs doivent également être attentifs l’un à l’autre avant de tourner.

Par contre, Vous n’avez pas la priorité sur les véhicules circulant sur la voie que vous êtes sur le point de traverser. En effet, lorsque vous croisez le véhicule par l’avant, il vous cache les voitures arrivant derrière lui et qui ne souhaitent pas tourner, mais continuent tout droit sur leur voie de circulation. Il existe dans ce cas un risque de collision latérale. Rappellons que vous n'avez jamais la priorité lorsque vous devez traverser une route pour tourner.

À moins, bien sûr, que le croisement à l’indonésienne soit régi par des feux tricolores : si le feu est au vert et vous autorise à tourner à gauche et que les véhicules en face sont arrêtés au feu rouge, vous avez la priorité.

Les autres croisements difficiles

Un croisement peut être difficile, voire impossible**, en fonction du nombre, du poids, du gabarit ou du placement sur la voie du véhicule.

Lorsque la route est rétrécie et qu’il est impossible pour 2 véhicules de se croiser, la signalisation donne aux usagers les règles de priorité. Le panneau vous indique la priorité par rapport à la circulation venant en sens inverse.

Priorite-chaussee-retrecie-1

Le panneau est placé avant la chaussée rétrécie. Celui qui n’a pas la priorité doit se ranger à droite, ralentir, voir s’arrêter pour laisser passer le véhicule qui arrive en face de lui.

Lorsque le croisement se fait dans une pente, le Code de la route estime qu’il est plus difficile de monter que de descendre, à cause, entre autres, de la difficulté des démarrages en côte. C’est donc le véhicule qui monte qui a la priorité.

Il est également nécessaire de prendre en compte le gabarit du véhicule. Un véhicule lourd aura encore plus de difficultés qu’un véhicule léger à effectuer certaines manœuvres. Vous devez par conséquent faciliter son passage : reculer, vous serrer à droite, lui laisser la priorité, etc. notamment lorsqu’il s’agit de convois exceptionnels ou de véhicules prioritaires.

La courtoisie, notion essentielle du nouveau Code de la route, prend parfois le pas sur les règles du Code. Si, par exemple, vous montez, mais qu’un accotement est près de votre véhicule, il est mieux de vous arrêter pour laisser passer le véhicule qui descend même si vous avez la priorité.