Articles > Conduite > Environnement > Le code de la route et la question environnementale !

Le code de la route et la question environnementale !

Depuis la réforme du code de la route de 2016 (voir notre article sur les différentes thématiques du code), une nouvelle thématique concerne l’écologie et l’environnement. Dans ce monde où les questions écologiques semblent se faire de plus en plus urgentes, il est important de comprendre l’impact de notre façon de nous déplacer et de conduire sur la nature. Cette thématique renseigne le futur conducteur afin que celui-ci puisse faire des choix éco-responsables, conduire librement tout en réduisant son impact sur l’environnement.

Cette thématique est divisée en trois sous-thèmes qui sont l’écomobilité, l’éco-conduite et le choix du véhicule.

Elles sont toutes abordées dans les cours de code de codedelaroute.io : votre permis plus simple et pas cher.

Passez votre code de la route en ligne avant de choisir votre auto-école qui vous formera à la conduite vous permettra d’économiser jusqu’à 350€ (prix moyen facturé par les autoécole pour le code en 2016). Une fois le code obtenu vous n’aurez plus que les heures de conduite à payer. Vous pouvez réviser le code et obtenir votre place d’examen sur codedelaroute.io.

L’écomobilité

La notion «d’écomobilité», ou «mobilité durable» est apparue après la crise de l’énergie et du réchauffement climatique. Elle fait partie des notions que recouvre le nouveau critère de croissance économique qu’est le développement durable. Elle observe comment mettre en place dans les différents territoires d’un pays (petites et grandes ville, milieu rural..) un réseau de transport qui soit moins nuisible pour l’environnement en réduisant les émission de gaz à effet de serre par exemple, tout en étant sécuritaire et critère d’amélioration du niveau de vie des citoyens.

Ecomobilité du macro au micro

La notion d’écomobilité s’applique à l’ensemble de la planète avec par exemple la mise en place d’une taxe carbone pour les voyages en avion ou en revalorisant les bateaux à voiles pour certains transport de marchandises ou croisières. Elle est également prise en compte au niveau du pays avec par exemple la valorisation de voyage en train en proposant des nouveaux service et en assurant une meilleure desserte sur l’ensemble du territoire. Enfin les villes ont elles aussi mis en place des actions en faveur de l’écomobilité avec la création de circuit Tramway, l’allongement de certaines lignes de metro (à Paris par exemple) ou la mise en place de moyen de transport parfaitement écologique ou presque (vélos, trotinettes...)

L’Ecomobilité et vous !

Face à la mise en place et à l’amélioration de certains moyens de transport, c’est à vous de faire des choix conscients et respectueux de l’environnement en vous posant les bonnes questions. J’ai rendez-vous à 2km de chez moi, j’habite en ville, dois-je prendre ma voiture ou puis-je privilégier le bus ou le metro en m’y prenant à l’avance ? Plutôt que d’offrir un scooter à mon ado, un vélo ne serait-il pas une meilleures idée, plus économique et moins polluante? Je sais que 65% des déplacements en France se font en voiture, si mon collègue n’habite pas loin de chez moi pourquoi ne pas mettre en place un système de co-voiturage pour nous rendre à notre lieu de travail ? Tout les prétextes sont bons pour éviter de prendre la voiture et de gaspiller du carburant dans les embouteillages !

Choisissez votre véhicule

Les informations à l’achat d’un véhicule

Les nouveaux véhicules sur le marché sont susceptibles de consommer moins de carburant que les vieux et mal entretenus. Quoiqu’il en soit quand vous en achetez un neuf ou d’occasion n’oubliez pas de bien observer la plaque d’information (type de carburant, consommation au 100 km, rejet de Co2/KM parcourus...) sur la consommation et le potentiel polluant du véhicule. De même pour les pneus. Des pneus neufs et en bon état votre permettront une conduite plus fluide et une moindre consommation de carburant que des pneus abîmés.

Moteur !

C’est bien connu, le moteur diesel est le plus polluant et le plus émetteur de particules fines. Il est voué à disparaitre. D’ici là, les fabricants ont conçus des systèmes de moindre consommation même pour ces moteurs, comme le système stop and start qui permet d’arrêter et de redémarrer automatiquement le véhicule dès qu’il ne se déplace plus, même pour une courte durée. Cependant nous vous recommandons d’investir dans des moteurs à essence, hybrides ou électriques.

L’éco-conduite

Au même titre que la courtoisie au volant, l’éco-conduite fait partie des nouvelles thématiques de la réforme du permis. Lors de votre examen elle vous permettra de gagner un point (point bonus) et ce n’est jamais négligeable !

Une conduire écologique et ... économique !

L’éco-conduite, en plus d’être écologique est économique ! Quelques réflexes à prendre et elle vous permettra d’avoir une conduite respectueuse de l’environnement et plus sécuritaire. En effet, afin d’éviter les freinages brutaux et les accélérations qui mettent le véhicule en état de sur-consommation, il est toujours conseillé de faire fonctionner son moteur bas régime et d’avoir une conduite souple, à vitesse stable.

Les réflexes de l’éco-conduite

L’éco-conduite se base sur cinq règles fondamentales et cinq règles complémentaires qui vous assurent sa bonne pratique et vous permettra de gagner le point bonus lors de l’examen !

  1. Le bon régime !
    Si vous passez le permis sur un véhicule à boite manuelle, pensez à changer les rapport à bas régime. Plus le moteur est sollicité, plus il consomme. Si vous l’accompagnez en adaptant le régime (passage de vitesse) vous pourrez limiter votre consommation de carburant. Pour passer les rapports, le régime maximal recommandé est 2000 tours/min pour les véhicules essence et 2500 tours/min pour les véhicules diesel.

Pratique complémentaire : Utilisez les instruments de bord qui sont une source d’information concernant la consommation.

  1. Une vitesse stable
    L’accélération demande beaucoup d’énergie à votre véhicule qui consomme alors plus de carburant, c’est pourquoi nous vous recommandons tant que cela est possible de préserver une vitesse stable.

Pratique complémentaire : n’hésitez pas à rouler un peu moins vite. Si vous réduisez votre vitesse de 10km/h vous économisez un litre tout les 100 km.

  1. Passer les vitesses !
    Il est préconisé de toujours utiliser le régime moteur le plus haut possible, pour un trajet à vitesse constante. Si dans la ville la route est fluide et que vous roulez à 50 km/h il est alors recommandé de passer la 4ème plutôt que de rester en 3ème afin de réduire votre consommation de carburant !

Pratique complémentaire : utilisez le système Start&Go qui éteint automatiquement le moteur lorsque vous vous arrêtez, si votre véhicule en est équipé.

  1. Anticipez le trafic et les obstacles
    Observez la circulation et informez vous :
  • évitez les freinages et accélérations inutiles
  • coupez le moteur lorsque vous vous arrêtez plus de 30 secondes
  • maintenez une vitesse stable

Pratique complémentaire : Renseignez vous avant votre départ sur le trafic afin de choisir l’heure de départ et l’itinéraire optimal pour arriver à votre destination.

  1. Entretenez votre véhicule.
    Les pneus : surveillez la pression. Avec une pression des pneumatiques trop faible, non seulement vous risquez de perdre le contrôle du véhicule à cause de la perde d’adhérence mais vous utiliser également environ 8% de carburant supplémentaire. Veillez également à leur bon parallélisme.
    Changez régulièrement les éléments susceptibles de surconsommer du carburant : niveau d’huile, filtre à air...

Pratique complémentaire : Veillez à ne pas charger inutilement votre véhicule car la charge augmente la consommation du véhicule.

S'ENTRAINER AU CODE
Le code de la route et la question environnementale !
Partager