Articles

L’Amaxophobie, la peur de conduire

Être stressé pendant ses premières heures de cours de conduite, à l’approche de l’examen puis les premières fois que l’on est maître à bord du véhicule est tout à fait normal. L’amaxophobie va au delà de ce stress, c’est une peur phobique (amax en grec “le chariot” et phobie “la peur) et qui peut s'avérer handicapante. De quoi s’agit-il précisément ?

Qu’est ce que l’amaxophobie

Comme toutes les phobies elle peut n'être basée sur rien de rationnel mais elle peut aussi survenir à la suite d’un accident routier.Les raisons qui entraînent une amaxophobie sont aussi diverses et multiples qu’il n’y a d’individus. Elle peut être accentuée dans certaines situations génératrices de stress tel que l’autoroute, les embouteillages, la proximité avec des camions, la conduite de nuit ou par temps orageux. Elle peut aussi simplement toucher ceux qui sont terrifiés à l’idée qu’ils pourraient êtres responsables d’un accident de la route. Ces personnes là ne redoutent pas de monter dans une voiture mais sont paniqués à l’idée de tenir la place de conducteur. La panique est le mot approprié car les personnes souffrant d’amaxophobie redoutent justement le moment de panique qui entraînerait une perte de contrôle du véhicule, le geste brusque qui provoquerait un accident D’autres personnes ont tout simplement peur de monter dans une voiture. Cette peur encore une fois peut venir d’une expérience d’un accident routier comme témoin ou victime, auquel cas il s’agit d’un stress post-traumatique. Ou alors elle peut être transmise par un parent lui-même souffrant d’amaxophobie, on parle alors d’amaxophobie héréditaire.

Symptômes et manifestations

Selon les personnes, l’amaxophobie peut se manifester de différentes façons. Le sujet peut etre pris d'une attaque de panique, une terreur soudaine qui provoque un malaise intense et qui peut se manifester physiquement par une paralysie, des tremblements, des palpitations, des vertiges, des étourdissements, des bourdonnements dans les oreilles, une sensation d’étranglement…

Le sujet peut etre pris de visions d’accidents ou de situations terribles une fois installé au volant. Il peut se mettre à suer ou à trembler dès qu’il est confronté à un obstacle sur la route ou à une situation inattendue qui lui semble insurmontable. Il se sent alors seul et écrasé par sa responsabilité de conducteur, certaines personnes sont d’ailleurs prises de panique seulement quand elles ont des passagers à bord.

Un réel handicap

Pour certaines personnes qui sont obligées pour des raisons démographiques et personnelles (aller faire les courses, emmener ses enfants à l’école, se rendre quelque part sans etre dépendant de quelqu’un d’autre…) ou encore professionnelles, d’utiliser une voiture, l’amaxophobie peut être un réel handicap. Dans la mesure où c’est possible, il faut pour ces personnes trouver un moyen de surmonter cette phobie.

Quelques solutions pour dépasser l’Amaxophobie

Si l’amaxophobie se manifeste avant les premiers cours de conduite, il faut absolument en avertir son professeur d’auto-école. D’autre part un des moyens de se parer de certaines peurs est d’apprendre le code de la route en redoublant d’attention pour se prémunir de toute sorte d’hésitation dans chaque situation. Il faut également demander à son professeur de prendre un soin particulier à vous expliquer tous les aspects techniques de la voiture (fonctionnement du moteur, des vitesses, du frein à main, des démarrages en côte…) et à s’assurer que tout est bien assimilé.

Une fois votre permis en poche, vous pouvez vous rassurer en continuant de prendre des cours de perfectionnement ou encore en louant des voitures à double pédales. L’étape suivante peut être de vous entraîner à conduire seul sur un trajet court et que vous maîtrisez bien, bref d’y aller pas à pas pour acquérir de l’autonomie et de la confiance en vous.

Les aides

Comme pour toute autre phobie, si vous ne vous en sortez pas seul, ne vous en sentez pas responsable ou coupable et n’hésitez pas à vous rapprocher d’un médecin, psychologue ou thérapeute.

Les thérapies comportementales sont souvent conseillées pour traiter ce type de trouble. Elles sont dispensées par des psychologues pour une somme d’environ 50 € par séance, ces thérapies sont dites brèves et elles sont validées scientifiquement. A la suite d’une première rencontre, le psychologue définit un programme qu’il propose au patient afin de le libérer de sa peur. Il énonce les objectifs à atteindre par étapes. Le principe de la thérapie comportementale est de repérer et d’isoler les pensées dysfonctionnelles, “automatiques” afin de modifier petit à petit le schéma de pensée. La troisième étape consistera en ce que le psychologue expose de façon progressive, le patient phobique à l’objet de sa peur pour le désensibiliser. La thérapie est donc basée sur des séance de théorie et des discussions et de moments de mise en pratique que le patient devra réalisé seul ou accompagné.

Bien qu’elles soient qualifiées de brèves, ces thérapies peuvent prendre un temps conséquent.

S'ENTRAINER AU CODE
L’Amaxophobie, la peur de conduire
Partager